Le slow life permet de temporiser la cadence de vie rythmée. Il aide à prendre du recul face à l’ambiance tendue au quotidien. Cette éthique procure de la sérénité et de la joie de vivre. L’esthétique du slow life mélange les styles folk et bohème. Le concept valorise la simplicité et l’état brut. Le slow life est bénéfique pour la santé et l’environnement.

Le slow life, un vrai mode de vie

Le slow life a désormais ses fidèles amateurs. Ce mouvement slow éco-responsable est devenu un vrai mode de vie. Il fait l’éloge de la lenteur. Cette démarche mêle styles bohème et folk. Elle incite le public à ralentir et à se déconnecter de toutes ondes négatives. L’objectif est de priser au maximum les vrais plaisirs de la vie. Le slow life permet de prendre du recul face au rythme de vie trop chargé. Il procure un réel bien-être.

Le slow life a une influence majeure sur les profils créatifs. À première vue, il coïncide au concept DIY. Cette démarche apprend à réutiliser, à partager et à transmettre. Elle recommande la création à la place de la consommation. Ce concept estime les bonnes habitudes de vie. Il transforme l’atmosphère rythmée en une vie plus tranquille. Le slow life atteint plusieurs côtés de la vie (professionnelle, passion, bien-être au quotidien, etc.). À travers ce concept, les adeptes se recentrent sur l’essentiel tout en privilégiant la qualité. Par exemple, passer des moments de bonheur en famille pour bien vivre le moment présent. Utiliser des produits de beauté naturels pour rester en bonne santé. Se tenir loin des écrans et privilégier les jeux éducatifs simples et écolos. Lenteur n’est pas vraiment le juste mot pour décrire le slow life. Le concept est surtout associé à « prendre le temps de… (Réfléchir, échanger, faire, etc.) ». D’après les partisans de cette éthique, un individu apprend à mieux vivre en ralentissant.

Kinfolk, le retour aux valeurs simples

Le minimalisme figure parmi les traits caractéristiques du slow life. Il prétend une vie moins compliquée. Ce caractère privilégie le partage et l’expérience tout en limitant les besoins ainsi que les choses à faire. Le slow life nécessite aussi une bonne organisation. La qualité s’affirme avec une meilleure planification. Vient ensuite le single-tasking. Celui-ci écarte la réalisation de plusieurs choses à la fois. On vit le slow life dans la pleine conscience. Il n’y a pas raison d’égarer l’esprit. La méditation domine ce mode de vie. Donner libre cours à son esprit est indispensable pour vivre en toute sérénité. La gratitude est aussi une autre facette de ce mouvement slow. Être reconnaissant envers soi-même et autrui invoque la joie de vivre.

Les bénéfices du slow life sont tellement nombreux qu’il est devenu un phénomène de société en vogue. En seulement quelques années, le kinfolk a séduit un grand nombre d’amateurs. Ce mode de vie est le fruit du croisement de plusieurs cultures, dont le bohème, le folk, l’industriel et l’ethnique, des tendances qui séduisent les générations à la recherche de sincérité. Les codes de l’esthétique slow life sont les matières brutes, la convivialité et le savoir-faire artisanal (mélangeant le savoir classique et les inventions modernes). La mise en avant des matériaux naturels procure de réels bénéfices pour l’Homme et la planète. En plus de réduire la pollution de l’environnement, cette valeur préserve la santé humaine.

Pour une vie sereine et moins rythmée

Horaire, travail, sommeil, etc., entre le boulot, les déplacements et les salles de gymnastique, on ne réalise plus le temps qui passe. Pourquoi ne pas faire une petite pause ? Avec le slow life, la vie est de moins en moins rythmée. Ce mouvement slow est une vraie lutte contre l’accélération générale. Elle permet de prendre du recul et de profiter pleinement de la vie. En adoptant le slow life au quotidien, une personne sort de sa routine habituelle. Elle apprend à ralentir. Ce mode de vie modifie les habitudes. Au lieu de passer des heures devant les écrans, on peut faire une petite sieste, lire un bouquin ou encore prendre le temps de cuisiner. Bref, vivre en toute simplicité pour se faire du bien. Partager des moments de bonheur avec ses proches est une grande ligne du slow life. Il faut savourer chaque instant qui passe. Pour cela, pas la peine de consacrer plusieurs heures. Quelques minutes suffisent. Jouer avec ses enfants, boire un verre avec ses amis,…Bref, prendre son souffle pour temporiser le rythme. Le slow life s’éloigne du digital. Il écarte de son chemin les écrans et la technologie. Pendant quelques heures, on peut stopper le numérique pour le remplacer avec des distractions moins sophistiquées. Le slow life permet de se relaxer. Il aide à avoir un sommeil plus reposant. Le concept se soucie à la fois de la santé et du bien-être. Le slow life est un meilleur moyen de lutte contre le stress et la dépression.

Au bénéfice de l’environnement

Adopter le tempo du slow life est un acte éco-responsable. Les bénéfices de l’éthique ne sont pas uniquement destinés à la personne. Cette démarche est aussi au service de l’environnement. Elle préserve la santé de l’atmosphère. Le slow life au quotidien régule l’équilibre planétaire. Il instaure une synchronisation avec la nature. Réduire la quantité et booster la qualité pallie à la destruction de l’environnement, notamment les émissions de gaz à effet de serre. L’adoption du slow life aide les adeptes à consommer et à agir sainement. Cela revient à limiter l’agitation pour atteindre la pleine conscience. L’agriculture biologique est ainsi un meilleur allié du slow life. Appréciant la nature à sa juste valeur, elle est au service de la terre. Une production éco-responsable fertilise le sol et optimise les récoltes. Notez que les activités qui font vivre une course à la montre sont très polluantes. Elles sont corruptrices et stressantes. De plus, ces activités coûtent chères. Pratiquer peu de choses permet d’avoir une vie plus flexible. Cela pourvoit plus de tranquillité. Une vie moins rythmée limite la fréquence de déplacements. En conséquence, la pollution découlant des moyens de transport tend à diminuer. Cela impacte moins la santé de l’environnement. En effet, les émissions de gaz à effet de serre sont maitrisées. L’effet carbone est maintenu et la terre ne souffre pas autant.

Les bonnes raisons de s’y mettre

L’adoption du slow life au quotidien est un levier de développement de la créativité. Prendre du recul permet d’optimiser le sens de la créativité. Selon sa passion, chacun peut exploiter ses potentiels pour créer un vrai art de vivre. Le slow life apprend également aux adeptes à profiter de l’instant présent. Une préparation en avance s’impose pour affronter la journée. Pour avoir un bref aperçu de ce qui va se passer, il suffit de se concentrer sur les bénéfices de l’activité. En plus d’être moins stressant, le slow life est aussi économique. Il permet d’éviter les dépenses insensées. Les petits plaisirs de la vie sont agréables et ne coûtent pas pourtant une fortune. Le slow life multiplie aussi les moments de partage. Cuisiner ensemble, planifier un pique-nique, boire un verre ensemble,…Certes, des programmes classiques, mais qui restent la base du bonheur. La cadence du slow life permet de retrouver la paix intérieure. L’ambiance rythmée donne place au stress, tandis que cette éthique apporte plus de douceur à la vie.