L’ingénierie est l’ensemble des fonctions qui mènent de la conception et des études, de l’achat et du contrôle de fabrication des équipements, à la construction et à la mise en service d’une installation technique ou industrielle. Par extension, le terme est aussi souvent utilisé dans d’autres domaines : on parle par exemple d’ingénierie informatique. Cette activité est actuellement exercée à titre principal par des sociétés dites ‘sociétés d’ingénierie’ qui étudient, conçoivent et font réaliser tout ou partie d’un aménagement, d’un ouvrage ou d’un équipement. Le terme « ingénierie » est un terme introduit assez récemment dans la langue française, par oubli du terme « génie », désignant l’art de l’ingénieur. L’ingénierie est une activité rigoureuse de conceptualisation et de réalisation d’ouvrages d’art fonctionnel et de construction d’ensembles structuraux, mécaniques, chimiques, électriques, électromécaniques, électroniques ou mécatroniques, activité s’exécutant alors selon des règles de l’art et une rigueur scientifique. Les principes sur lesquels reposent l’ingénierie et sa méthode sont éminemment logiques. Ses référents sont d’ordre techniques, scientifiques et mathématiques.

L’objectif ultime des grands travaux

L’objectif ultime des grands travaux d’ingénierie est de faciliter la vie des gens, soit en améliorant les transports, comme c’est le cas des routes, soit en rendant possible la consommation d’eau au moyen de barrages et de stations d’épuration d’eau potable ou STEP. C’est pourquoi, dès la conception du projet, les impacts environnementaux qui seront produits doivent être étudiés, afin de prendre des mesures préventives qui les réduisent autant que possible ou de réaliser un plan de compensation environnementale qui permette d’atteindre une perte nette zéro dans la biodiversité et les écosystèmes du milieu. Les réglementations relatives aux études d’impact environnemental varient considérablement selon le pays où elles sont réalisées, mais généralement, pour réaliser un projet de construction d’une certaine ampleur, il est nécessaire de le soumettre au préalable à une étude d’impact environnemental qui l’accrédite et donne le feu vert à sa construction. 

Processus d’étude d’impact environnemental

Que doit comprendre une étude d’impact environnemental ? La structure générale d’une EIE est constituée une description générale du projet, qui doit indiquer l’objectif du projet, le lieu qu’il affectera, les actions qui seront menées, les matériaux qui seront utilisés pendant la construction et les types et quantités d’émissions, de rejets et de déchets qui seront dérivés des travaux. L’étude d’impact sur l’environnement ou EIE est un processus qui, au tout début de la planification, cerne et évalue les risques d’incidences environnementales découlant d’un projet prévu. L’EIE établit les mesures qui peuvent être adoptées pour contrer les effets environnementaux négatifs ou pour les réduire à des niveaux acceptables au préalable. L’EIE représente donc une approche proactive et préventive en matière de gestion et de protection environnementales. Un processus d’étude d’impact sur l’environnement par étapes a été adopté au Nouveau‑Brunswick pour la mise en valeur du pétrole et du gaz. Cette approche permet d’entamer l’examen beaucoup plus tôt durant la phase de planification du projet. Elle permet également d’entreprendre certains types d’activités d’exploration pendant que se déroule le processus d’EIE.

 Présentation des alternatives

Il doit exposer les différentes alternatives étudiées dans le projet et la justification des raisons de l’option finalement choisie, compte tenu des effets environnementaux qu’elle entraînera.

Inventaire environnemental

Il doit comprendre l’état de la zone et ses conditions environnementales avant l’exécution des travaux, l’identification des personnes susceptibles d’être affectées par le projet et une étude comparative entre la situation actuelle et celle découlant de la construction de l’infrastructure. Effets éventuels et évaluation des incidences Les effets directs ou indirects des activités à réaliser doivent être estimés et quantifiés en ce qui concerne les aspects environnementaux inclus dans l’inventaire, en indiquant s’ils sont positifs ou négatifs, continus ou discontinus et réversibles ou irréversibles.

Mesures préventives et correctives

Une fois que les impacts environnementaux qui seront causés sont connus, il est nécessaire d’indiquer les mesures préventives et correctives pour prévenir, réduire, éliminer ou compenser les effets négatifs causés. Programme de surveillance et de contrôle de l’environnement Il aura pour fonction de garantir le respect des mesures énoncées dans la section précédente, tant en phase de construction qu’en phase d’exploitation.