Les abeilles, une espèce responsable de la pollinisation, autrement dit, l’apparition des fruits, fleurs et légumes est actuellement en voie de disparition dans un certain nombre de régions dans le monde. Une menace beaucoup plus intéressante, étant donné que ces insectes désignent sans doute le pilier d’un bon environnement. Ces dernières années, le nombre d’abeilles ne cessent de baisser de plus en plus et cette diminution représente une menace importante, non seulement pour l’homme, mais également pour la biodiversité. Malheureusement, cela implique des conséquences dangereuses pour l’environnement. Quelles solutions alors pour sauver cette biodiversité ?

Quel est le rôle principal des abeilles ?

Contrairement aux autres insectes non nuisibles, les abeilles assurent un rôle crucial dans l’écosystème. En effet, ces animaux contribuent à la pollinisation des plantes cultivées ainsi que sauvages. Il faut noter que les abeilles sont extrêmement sensibles aux traitements spécifiques liés aux phytosanitaires. Ces derniers temps, leur sort devient de plus en plus inquiétant. Et pour cause, leur taux de surmortalité grimpe de 30 à 50 % et leur taux d’anormalement tourne autour de 50 % lors des saisons hivernales. En général, les principales origines de leur disparition s’avère l’optimisation de l’utilisation des substances chimiques dans l’écosystème, la présence de nombreux parasites nuisibles, l’impact lié au changement climatique, les effets dus aux monocultures ainsi que les divers ravages de frelon asiatique.

Les causes de la disparition des abeilles

L’abeille contribue effectivement à la reproduction d’environ 80 % des plantes cultivées et sauvages. Ainsi, on peut dire que ces insectes font partie des alliés incontournables dans le maintien de l’équilibre entre l’agriculture et l’environnement. Il faut souligner que dans certains pays, la plupart des abeilles n’a rien à mettre dans la bouche tout au long de la journée. Pour cause, les monocultures ne sont pas en mesure de leur proposer assez de nourriture. Pourtant, la nature nous offre des milliers de fleurs sauvages, des végétaux ronces, des noisetiers, des châtaigniers, d’érable, des orties et bien d’autres. Certains jardiniers considèrent ces espèces comment inutiles. Les jardins magnifiques ainsi que les haies sont transformés en terrains de golf gourmands en eau et très toxiques. En outre, il existe également une menace provoquant la disparition des abeilles. Il s’agit d’un acarien provenant d’Asie qui anéantit complètement l’utilisation des produits bio. Outre cela, l’usage des substances chimiques et surtout des pesticides dans l’écosystème favorisent également ce désagrément. Aussi, la cause génétique et pathogène est responsable de la diminution de la population des abeilles. Mieux encore, les ravages du frelon asiatique, les différentes pollutions actuelles et les pratiques des apiculteurs transportant des ruches rien que pour polliniser les cultures tout en affaiblissant leurs essaims à partir des voyages non- stop, sont autant des causes de la mort de ces insectes.

Des conséquences importantes pour la reproduction des plantes à fleurs

En général, les conséquences paraissent graves pour la pollinisation. En fait, c’est cette pollinisation qui garantit la reproduction et la multiplication des plantes existantes dans le monde. Par ailleurs, on peut souligner que plus de 70 % des cultures, notamment les légumes, les fruitiers, les épices, les oléagineux, le cacao et les protéagineux dépendent en grande partie de la pollinisation assurée par les abeilles. Cette dépendance est également valable pour la reproduction des arbres fruitiers et les graines telles que les courges, les tomates, les oignons et les carottes. Plus exactement, les aliments complets que les êtres humains consomment au quotidien et qui semblent recommandés fortement par les nutritionnistes. D’ailleurs, dans certains endroits, la disparition des abeilles oblige fortement les cultivateurs à réaliser la pollinisation de façon manuelle. Le fait est que tous les insectes pollinisateurs sont décédés par la présence de pesticides, insecticides, parasites et d’autres produits chimiques. Dans un endroit défavorable, ces animaux n’arriveront jamais à survivre et s’affaiblissent de jour en jour.

Les gestes à adopter pour éviter l’extinction des abeilles

Pour lutter efficacement contre l’extinction massive des abeilles ainsi que des insectes pollinisateurs, vous devez prendre en compte de quelques gestes simples tout en optant pour une empreinte écologique. Le premier geste à ne pas négliger est de limiter la consommation de miel. Il faut retenir que si vous consommer un kilo de miel, vous devez récolter environ un million de fleurs. Il est vrai que le miel est une véritable source d’énergie. Toutefois, l’idéal serait d’en consommer avec modération. Parmi les solutions envisageables pour éviter la disparition des abeilles pollinisatrices, notez également la culture des graines bio adoptant de nombreuses variétés de fleurs sur votre terrasse ou encore dans votre jardin. N’hésitez pas à laisser une surface sauvage pour permettre aux insectes de profiter d’un environnement favorable pour butiner. Pour ce faire, il est conseillé de miser sur des plantes mellifères de par sa richesse en pollen, protéines et nectar. Ici, il vous est possible de vous pencher vers les glaïeuls d’Abyssinie ou des dahlias. Par ailleurs, le crocus semble incontournable en automne vu qu’il participe à l’amélioration de la pollinisation.