Savez-vous que plus de 19 millions d’habitations en France ont été bâties sans aucune considération pour les règles d’isolation thermique nécessaires pour éviter tout gaspillage d’énergie ? Voici alors les normes dont vous devez tenir compte pour obtenir des performances énergétiques optimales.

Les normes mises en vigueur pour la consommation d’énergie dans votre maison

Afin de réduire les pertes énergétiques, une réglementation thermique a été mise en place. Depuis 2012 et pour combler les failles du système imposé par la loi de 2005, de nouvelles normes ont vu le jour même si elles ne concernent que les constructions en rénovation. Les habitations neuves sont ainsi exclues de ces règles. Sachez que ces normes de performances concernant tous les éléments à isoler un à un. Les exigences d’isolation thermique diffèrent selon que vous intervenez sur la toiture, le mur, le sol ou les combles. Néanmoins, si vous visez un niveau d’isolation optimal, vous pouvez employer des moyens plus drastiques. Votre maison n’en sera que mieux isolée avec un degré de confort qui changera à jamais l’atmosphère générale de votre habitation en hiver comme en été. De manière plus concrète, même si les chiffres désignant la résistance thermique varient d’une pièce à une autre, il faut garder en tête que plus l’indice R est élevé, plus la paroi est isolante. Pour mieux comprendre le principe de réglementation thermique quant à l’isolation de la maison, rendez-vous sur le site https://www.renovetmoi.fr.

Épaisseur de l’isolant : un paramètre bien réglementé

En partant du principe que les isolants à poser doivent être choisis de manière à atteindre ou dépasser les préconisations de la RT 2012, il faudra tenir compte de la résistance thermique de l’isolant et de la paroi ensemble. La valeur idéale doit être au moins égale à la valeur indiquée. Plus encore, si votre paroi est composée de plus d’un matériau et de nombreuses couches, les résistances thermiques s’accumulent en tenant compte de celles des lambris, du parpaing et des enduits. Ainsi, en achetant votre isolant, vous aurez à lire l’étiquette en regardant de près sa résistance thermique que ce soit pour isoler les combles, la toiture ou les murs. Prenons l’exemple de l’isolant utilisé pour vos murs extérieurs. Vous devez avoir un minimum de 2,3 m2 K.M conformément à la réglementation de 2012. Si vous optez pour un isolant en mousse de polyuréthane, la résistance peut être dépassée de 8 cm et de 9 cm pour la laine végétale et la laine de verre.

Comment isoler des combles ?

Isoler ses combles est souvent la première phase à considérer lorsqu’on souhaite améliorer les performances thermiques de sa maison. Et pour cause : obtenir un espace supplémentaire tout en réduisant votre facture énergétique. Pour réussir ces travaux, il faudra :

  • Respecter les critères de performances indiqués par la nouvelle réglementation en choisissant les bons matériaux pour tout type de support.
  • Opter pour des matériaux d’isolation durables dans le temps. Ce qui signifie que vous devez privilégier la qualité et la conformité aux standards imposés par le Crédit d’impôt.
  • Ne jamais investir dans un nouveau système de chauffage avant d’avoir préalablement isolé vos combles.
  • Ajouter un système de ventilation à vos combles du type VMC par exemple pour obtenir une qualité d’air confortable. Vous n’aurez plus à utiliser la climatisation aussi souvent qu’auparavant.
  • Choisir des isolants peu pour conserver un maximum de place au niveau des combles perdus qui peuvent être transformés en espace à vivre. Des isolants trop minces peuvent compromettre la résistance thermique que vous souhaitez atteindre.