L’enjeu du changement climatique est de plus en plus préoccupant. Il faut désormais penser à la conservation de la planète et cela passe par la réduction des consommations énergétiques. Pour encourager les citoyens à devenir plus éco-citoyen, l’État a ainsi mis en place différents dispositifs pouvant permettre de financer leurs travaux d’économies d’énergie. Le plus intéressant est que ces aides sont pour la plupart cumulables. Comment parvenir donc à financer totalement ou presque ses travaux de rénovation énergétique ? Cet article vous fournit des éléments de réponse.

Les certificats d’économie d’énergie ou CEE

Si vous êtes sur le point de faire des travaux énergétiques, qu’il s’agisse d’une propriété individuelle ou de la rénovation énergétique de copropriété, vous devriez vous pencher sur les CEE. Les CEE sont des certificats que le gouvernement impose aux fournisseurs d’énergie et de carburant d’acheter afin d’aider les citoyens à faire des économies d’énergie. Ces fournisseurs vous incitent donc par exemple à réaliser des travaux de rénovation afin que votre consommation énergétique soit revue à la baisse. À titre illustratif, lorsque vous décidez de réaliser l’installation d’une pompe à chaleur géothermique, vous bénéficiez de 79 900 certificats que vous ne pouvez vendre qu’une seule fois aux marchands d’énergie. Vous bénéficiez alors d’une prime énergie vous permettant de financer vos travaux énergétiques. Il existe cependant une liste de travaux qui sont éligibles aux CEE. Rendez-vous sur ce site pour plus d’infos.

Le Crédit d’impôt transition énergétique ou CITE

Il s’agit d’un dispositif permettant de bénéficier d’une réduction correspondant à 30% du montant des travaux d’économies d’énergie sur votre impôt sur le revenu. En cas de non imposabilité, ce montant vous est remboursé par contre. Quelques conditions doivent cependant être réunies pour bénéficier de CITE. Entre autres, vous devez être fiscalement domicilié en France et l’habitation doit être une résidence principale construite depuis au moins deux années. Par ailleurs, le professionnel qui doit se charger de la réalisation de vos travaux doit être Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), selon le principe d’éco-conditionnalité.

L’éco-prêt à taux zéro ou éco-PTZ et autres aides

L’éco-PTZ vous permet d’emprunter jusqu’à 20000 voire 30000 euros à taux zéro pour réaliser un certain nombre de travaux d’efficacité énergétique. Ce prêt sans intérêt est accordé pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique globale de votre habitation. Parmi les conditions à respecter pour en bénéficier, il faut que vous soyez le propriétaire du logement. Ensuite, ce dernier doit être construit avant 1990 et être une résidence principale. En outre, vous devez savoir qu’il existe des aides publiques de la part des collectivités territoriales par exemple pour votre éco-rénovation. Ici, les conditions varient d’une collectivité à une autre. Vous pouvez vous rapprocher des agences départementales d’information sur le logement pour avoir plus d’éclaircissements donc. Ces aides publiques peuvent être cumulées avec le CITE et l’éco-PTZ. Cependant, il est également important de réduire sa consommation énergétique pour faire des économies. Pour cela, vous pouvez rechercher des conseils en économies d’énergie sur la toile.