En limitant les déperditions de chaleur de votre maison par une isolation thermique performante. Réduire votre consommation énergétique et, donc, l’utilisation des énergies fossiles et nucléaires, allège votre empreinte négative sur votre environnement. Des aides financières diverses vous épaulent, pour engager sereinement des travaux de rénovation.

Quelles aides pour la rénovation énergétique ?

Plusieurs subventions de l’état sont proposées et peuvent se cumuler, en fonction de votre situation et de vos ressources. Le Crédit d’Impôts pour la Transition Énergétique (CITE) rembourse 15 à 30 % des dépenses de travaux. La prime « coup de pouce économie d’énergie » favorise les revenus modestes et concerne un remplacement de chaudière au fioul ou l’isolation de combles. L’éco-PTZ est un prêt qui permet une avance sur les travaux. Le CEE ou prime énergie, oblige les fournisseurs d’énergie à proposer une prime ou un taux bonifié. la prime Eco Energie est également une option d’aide très intéressante. Pour en savoir rendez vous sur le site eco-energies-nouvelles.fr.

Pour accéder à ces différentes aides financières, vous avez l’obligation de faire appel à des professionnels qualifiés, détenant la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) . Au regard du temps que vous passez dans votre maison, prenez soin de votre bien-être et de votre qualité de vie. Demandez des devis aux entreprises locales et comparez bien leurs prestations.

Quels travaux de rénovation énergétique ?

Trois postes principaux de votre habitation sont concernés : le toit, les murs et les ouvertures (portes et fenêtres) . Ensuite, se pose la question de l’isolation par l’extérieur ou par l’intérieur. La réponse à cette question dépendra de la configuration de votre maison. Concernant les postes à rénover, il vous faudra observer quelles parois subissent la plus importante déperdition d’énergie. L’isolation de la toiture est le premier élément à mettre en place. Selon l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) , l’isolation des combles est une priorité, dans la mesure où elle représente un gain énergétique de 30 %. Les murs arrivent en deuxième position avec, en moyenne, 25 % des pertes.

Quels matériaux pour votre isolation ?

Pour une cohérence dans la réduction de votre impact sur votre environnement, privilégiez des matériaux isolants recyclables, écologiques et locaux, de leur fabrication à leur pose. Leur coût énergétique est plus faible et ils vous offrent, en plus de leurs performances isolantes exceptionnelles, un habitat sain. Ils n’émettent aucune particule nocive et ont une très bonne capacité respirante. Le chanvre, en rouleau, est le plus utilisé, en particulier pour les combles perdus et les rampants des toitures. La fibre de bois, la laine de coton en vrac, l’ouate de cellulose sont, également, tout à fait appropriés pour les combles. Le lin, d’une grande polyvalence, se prête, avec bonheur, à diverses applications et le liège expansé est, quant à lui, un matériau imputrescible, souple et étanche. La laine de mouton est parfaite pour réguler la température et l’humidité. En outre, le roseau, l’ortie, la paille et le bambou, possèdent, chacun, des qualités propres, adaptables à la configuration de votre habitat.