Si le label indique “Bio”, cela signifie qu’il s’agit d’un produit biologique – du moins, c’est ce que promet le label biologique de l’État. Que signifient ce phoque et les nombreux autres ? Quelle est la différence entre les aliments naturels et biologiques ? Et que sont les produits intégrés et contrôlés ? En fin de compte, le consommateur n’a-t-il plus que la foi dans le bien contenu dans le sceau ?

De nombreuses chaînes de supermarchés vendent aujourd’hui des œufs biologiques, du pain biologique, des produits laitiers et des pâtes biologiques ou font de la publicité pour des fruits biologiques. Mais de nombreux consommateurs sont perdus. Il manque des informations et des conseils professionnels de la part du personnel. On estime qu’il existe plus de 120 labels biologiques différents. Pour le consommateur, l’ivraie proverbiale est difficilement séparable du blé parmi les produits décorés d’autocollants et de sceaux.

Que signifie le label de qualité biologique de l’État ?

Faisons un saut dans le temps jusqu’à l’an 2000 : dans le Schleswig-Holstein, on découvre officiellement les premiers bovins atteints d’ESB nés en Allemagne. L’Allemagne sans ESB – un mythe. PCB hautement toxiques dans l’alimentation animale, peste porcine, résidus de solvants tels que le benzène, le styrène, le toluène et le xylène dans la viande de porc – la liste des scandales alimentaires en Allemagne et en Europe se lit comme une page d’un manuel de chimie et s’allonge depuis des années.

La crise de l’ESB a amené la ministre (verte) de l’Agriculture Renate Künast en Allemagne, et elle a introduit le label biologique de l’État au début de 2001. En attendant, il existe également un logo biologique de l’UE qui peut être utilisé avec le label biologique de l’État. Plus de 8 000 produits portent aujourd’hui le label biologique de l’État. Son message : c’est un produit de l’agriculture biologique, il répond aux dispositions du règlement biologique de l’UE.

Toutes les spécifications du Biolabel

Le Bio-Siegel est un label national qui n’est valable qu’en Allemagne. En revanche, les aliments provenant d’autres États membres de l’UE ou de pays tiers sont étiquetés avec le label biologique de l’UE. Les mêmes exigences doivent y être respectées pour la production et la transformation, qui sont également contrôlées. D’ici dix ans, 20 % des produits agricoles doivent être produits selon des critères écologiques. La devise : “La classe au lieu de la masse”. Ce sont les consommateurs qui décident si cet objectif est atteint.

Peut-on faire confiance au label biologique ?

Le terme “bio” est donc désormais un label strictement protégé qui, par exemple, ne permet plus à chaque grand boulanger de coller à volonté son pain complet. Les critères d’attribution stricts et l’uniformisation de l’étiquetage constituent une étape importante pour les consommateurs. Le label biologique garantit que “le règlement biologique de la CE est respecté” – ni plus ni moins. Avec l’étiquetage biologique uniforme, une vieille demande des associations de consommateurs est enfin satisfaite.

Existe-t-il d’autres phoques organiques ?

La “vraie” nourriture biologique était disponible avant même le sceau de l’État. La plupart des consommateurs connaissent des marques comme Bioland, Naturland ou Demeter depuis de nombreuses années. Plus de 90 % des exploitations agricoles biologiques sont organisées au sein d’une des associations d’agriculture biologique. Certaines de ces associations de culture sont ou ont été regroupées en 1988. Déjà à l’époque, des directives strictes étaient en vigueur quant au moment où un produit pouvait recevoir un certain label biologique. Les associations ont fait contrôler régulièrement leurs entreprises membres par des organismes de contrôle indépendants et leurs produits issus de la “culture biologique contrôlée” ont été étiquetés avec un numéro de contrôle européen correspondant. Seuls ceux qui adhèrent aux lignes directrices sont autorisés à étiqueter leurs produits avec les marques correspondantes des associations et le numéro de contrôle de l’UE.

Associations agricoles allemandes : En Allemagne, il existe dix associations de producteurs d’agriculture biologique reconnues. Les directives de ces associations vont au-delà des dispositions légales du règlement organique de la CE sur certains points. Ici, on fait volontairement plus que ce qui est exigé par la loi.